• Manifestations scientifiques,

Doctoriales de l'IRePh

Publié le 15 septembre 2016 Mis à jour le 19 novembre 2016
Conception Amélie Le Bihan
Conception Amélie Le Bihan

Le laboratoire IRePh organise le 5 octobre 2016 une journée d’étude dédiée aux travaux de ses doctorant.e.s. Ces doctoriales sont l’occasion de laisser pour un temps le travail solitaire de la recherche, afin d’engager des discussions et débats que nous espérons dynamiques et fructueux.

Date(s)

le 5 octobre 2016

9h00-18h30
Lieu(x)
Maison « Max Weber »
Rez-de-chaussée, salle 40
Ces doctoriales entendent permettre la mise en valeur de la diversité des travaux en cours au sein de l’IRePh, mais aussi des problématiques transversales qui peuvent les relier. Les recherches qui y sont menées en philosophie des sciences, philosophie de l’esprit, philosophie morale, anthropologie philosophique et histoire de la philosophie, s’attachent toutes, chacune à leur façon, à penser le présent qui est le nôtre, par le renouvellement des conceptions traditionnelles de la rationalité, de la subjectivité et de l’historicité.

Programme

9:00 Carlota Diaz Martin, Philosophie grecque et Grèce classique dans la deuxième période de la philosophie de Friedrich Nietzsche
9:40 Hortense de Villaine, La réception épiphénomenaliste de Descartes
10:20 Romain Bertrand, Philosophie et histoire de la philosophie chez Ernst Cassirer
Pause
11:20 Lucie Wezel, Art et négativité : y a-t-il un contenu de vérités des œuvres d’art ?
12:00 Anne Alombert, Penser (à) la limite des sciences et de la philosophie : les tentatives de l’ontogenèse et de la grammatologie
Déjeuner
14:00 Evelyne de Mevius, Les limites du principe de l’amour chez Hegel
14:40 Marie-Françoise Sales-Delachambre, Que dit le sourire, en tant que mimique expressive, de l’être humain ?
15:20 Emine Sarikartal, Enfances lyotardiennes
Pause
16h20 Helena Canadas, Quoi regarder lorsqu’il n’y a rien à voir ? Peinture abstraite et expérience esthétique dans l’œuvre de Mark Rothko
17:00 Yanling Luo, Les passions et la facticité : une critique de l’affectivité chez Simone Weil



Mis à jour le 19 novembre 2016