• Manifestations scientifiques,

Les opérations mentales aux XVIIe et au XVIIIe siècles

Publié le 15 janvier 2016 Mis à jour le 25 novembre 2016
Date(s)

du 19 mai 2016 au 20 mai 2016

9h20-17h30
Lieu(x)
Bâtiment B - salle des conférences
La philosophie de l’esprit, au XVIIe et au XVIIIe siècle, se propose d’étudier les actes par lesquels l’esprit « opère ». La « logique » ou théorie de la connaissance qu’elle déploie n’est donc pas dépourvue de pragmatisme. Concevoir, juger, raisonner, croire, percevoir, ou ressentir c’est faire. En rendre raison c’est donc prêter attention à l’expérience même de ces opérations mentales. Une fois ce constat posé, toutefois, il reste d’abord à comprendre comment les auteurs ont pu, chacun d'une manière qui leur est propre, mener une telle entreprise parfois en souscrivant à une philosophie des idées ou à une logique déductiviste, souvent en la repensant ou en la subvertissant. Il faut également relever le risque sceptique d’une approche qui prétendrait uniquement décrire la pratique du jugement, qu’il s’agisse du jugement naturel, de la capacité naturelle de juger, ou d’appliquer des règles ou encore de l’acte qui doit relier des idées dans une proposition. Ces questions seront envisagées lors de deux journées. La première journée sera consacrée à des auteurs principalement britanniques, dont certains furent épinglés sous le titre kantien d’empirisme mais dont la profession de s’en tenir à la seule expérience a toujours aussi le sens fondamental qui vient d’être dit : s’en tenir à l’expérience de la pratique du jugement. La seconde sera consacrée aux auteurs qui ont pu se faire les critiques des premiers, tout en conservant le souci de prêter attention à cette pratique. S’il doit apparaître que l’opposition entre empirisme et rationalisme est insuffisante pour rendre justice à la fécondité de ces divers auteurs, il est alors nécessaire de mieux qualifier cette expérience de l’esprit diversement appréhendée ou mise en évidence par les uns et les autres.

Programme :

  • Jeudi 19 Mai 2016
9h30-10h30 : Elodie CASSAN (IHRIM, UMR 5037 CNRS) – L’art de juger chez Gassendi

10h30-11h30 : Anne-Lise REY (Lille 1, UMR Savoirs, Textes, Langage) – L’anatomie du corps et de l’esprit chez François Glisson

11h30-12h30 : Philippe HAMOU (Université Paris Nanterre, Ireph) – Locke. Faire sens de la scène mentale

14h30-15h30 : Claire CRIGNON (Paris 4, Métaphysique, histoire, transformation, actualité) – L’observation comme genre épistémique et opération mentale dans les manuscrits médicaux de John Locke (1666-1670)

15h30-16h30 : Luc PETERSCHMITT (UMR Savoirs, Textes, Langage) - Le savoir et son langage : le rôle de l’imagination dans les sciences selon Berkeley

16h30-17h30 : Samuel LEPINE (Lyon 3, Irphil) – La théorie humienne des émotions face aux apories du sentimentalisme


  • Vendredi 20 Mai 2016
9h30-10h30 : Claire SCHWARTZ (Université Paris Nanterre, Ireph) – Malebranche - L’efficace des idées : l’empirisme intelligible de Malebranche

10h30-130h : Angélique THEBERT (Nantes, Caphi) – Jugement et proposition chez Locke et Reid

11h30-12h30 : Claire ETCHEGARAY (Université Paris Nanterre, Ireph) – La critique du modèle perceptif des opérations mentales chez Hume et Reid

14h30-15h30 : François PEPIN (Louis le Grand) – Le « jugement par sentiment » selon Diderot : une étude de l’art de conjecturer dans les savoirs pratiques

15h30-16h30 : Jean SEIDENGART (Université Paris Nanterre, Ireph) – Le « je réfléchissant », les « concepts de la réflexion » et les « hypotyposes symboliques » chez Kant

16h30-17h30 : Brice HALIMI (Université Paris Nanterre, Ireph) – L’idée d’un entendement mathématique




Mis à jour le 25 novembre 2016